skip to Main Content

COMMENT ACHETER UNE FORET

COMMENT ACHETER UNE FORET

L’achat d’une forêt n’est pas une mince affaire, c’est juste un caprice. Méthodes de protection écologique, environnementale, citoyenne, économique, patrimoniale … Quels que soient vos motifs, vous devez sérieusement y réfléchir.

  • Quelle est la différence entre le bois et la forêt ?

Le bois et la forêt font référence aux terres où des arbres sont plantés dans une certaine zone. Cependant, le nom de la forêt ne s’applique qu’aux bois d’une superficie de plus de 5 000 hectares.

  • Acheter une forêt, comment s’y prendre ?

Avant d’acheter une forêt, vous devez d’abord définir clairement son budget et sa finalité : investissement, diversification du patrimoine, réductions d’impôts, marche, chasse, exploitation forestière, etc.

Ensuite, il faut considérer non seulement la zone géographique que vous souhaitez acheter, mais aussi le type d’arbres que vous souhaitez : petits arbustes, hautes forêts, conifères, jeunes plantations, etc. Il ne faut pas négliger les frais de plantation pour planifier l’entretien après l’achat : nettoyage, pressage, éclaircissage, brosses pour enlever les arbres dangereux, … Vous devez également vérifier si la forêt que vous envisagez d’acquérir a pris des engagements spécifiques dans son cadre de gestion, ou est soumise à des contraintes environnementales ou urbanistiques spécifiques : plan de gestion simple, zone de classification forestière, Natura 2000, espaces naturels sensibles, parcs naturels.

La gestion forestière peut être confiée à des experts forestiers.

Remarque : si le but de votre achat est de diversifier vos actifs, vous pouvez également acheter des parts dans un groupe forestier.

D’autres dépenses doivent également être prises en compte : l’entretien des forêts (entretien des arbres le long des routes ou des propriétés, résolution des problèmes liés à la chasse, etc.).

  • Comment vendre votre forêt ?

Il n’y a pas de marché de vente de forêt spécifique. Cependant, il est possible d’insérer des publicités dans certains magazines : Forêts, Forêts Privées, Bois International, etc. en France. Les professionnels se spécialisent également dans la vente forestière.

Si des terres forestières sont vendues, des lois spéciales s’appliquent : si la superficie totale de la propriété vendue est inférieure à 4 hectares, cela profite à la priorité des voisins et de la municipalité, et à la priorité de la municipalité et du gouvernement dans certains cas.

Si la vente génère des plus-values, elle est applicable à un système spécifique de calcul des abattements pendant la période de détention.

  • Comment je peux déterminer la valeur d’une forêt ?

Deux facteurs doivent être pris en compte : la valeur du sol et la valeur du peuplement forestier.

La valeur du sol dépend de la fertilité et de la qualité de celui-ci.

Quant à la détermination de la valeur des peuplements forestiers, il est nécessaire de déterminer tous les peuplements forestiers et de les subdiviser par type d’essence, qualité et catégorie.

En utilisant ces deux valeurs, vous pouvez obtenir la valeur technique de la forêt. Cependant, la valeur réelle des terres forestières dépend également du marché forestier.

Par exemple, un petit morceau de forêt peut être plus précieux qu’un grand morceau de forêt. De plus, il existe une forte demande de parcelles liées aux activités de divertissement et de chasse.

C’est pourquoi il est généralement plus facile de contacter des experts forestiers avant d’acheter ou de vendre des forêts. De plus, il s’avère que l’expert apportera une aide précieuse dans la planification des futurs investissements dans les exploitations forestières.

  • Pourquoi investir dans la forêt, avantage fiscal ?

La fiscalité des forêts est également un critère à prendre en compte dans ses projets : outre la perception des impôts fonciers pouvant résulter de la propriété forestière, l’exploitation des forêts (principalement la coupe et la vente de bois) se traduira également par des impôts spécifiques sur les impôts sur le revenu. Quelle que soit la taille du bien exploité, le système est applicable indépendamment du fait que le contribuable exerce ou non d’autres activités. Le propriétaire de la forêt sera soumis au régime du forfait forestier : il devra déclarer un montant fixe correspondant au revenu qui sert de base à l’impôt foncier de ces propriétés dans l’année d’imposition. Dans certaines circonstances prévues à l’article 199 decies H de la loi fiscale générale, l’exploitation forestière peut permettre aux propriétaires forestiers de bénéficier d’un allégement de l’impôt sur le revenu.

En outre, la valeur des forêts appartenant aux contribuables devient la base de calcul de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI). Toutefois, sous de nombreuses conditions, l’article 976 du Code général des impôts stipule que « les bois et propriétés forestières sont exonérés des trois-quarts de leur valeur imposable ».

De plus, dans certains cas, en cas de décès ou de transfert de bois et de forêt pendant le processus de donation, vous pouvez bénéficier d’un régime fiscal spécial et bénéficier jusqu’à trois quarts de l’abattement fiscal pour calculer les droits de succession.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top